Est-ce judicieux de soigner l’hypertension artérielle avec de l’ail ?

Sharing is caring!

J’ai plusieurs fois eu à faire à des patients hypertendus qui ont abandonné leurs traitements médicamenteux au profit de la consommation d’ail. J’ai également vu beaucoup de patients souffrant d’AVC emmenés aux urgences avec une forte odeur d’ail dans l’haleine, témoin du fait que les parents leurs ont fait ingéré de l’ail dès le début de la crise d’AVC. Cette pratique qui semble être assez répandu m’a intrigué. Je partage avec vous les résultats auxquels une revue de littérature m’a conduit.

 

Quels sont les propriétés thérapeutiques de l’ail ?

L’ail contient plusieurs ingrédients actifs. Les principaux sont des composés sulfureux instables libérés lorsque l’ail est coupé, broyé ou écrasé.

L’ail diminue a des propriétés anticoagulantes par diminution de l’agrégation plaquettaire. Il aurait également le pouvoir de réduire la quantité de gras (hypolipémiant et hypocholestérolémiant). Ces deux propriétés pourraient être intéressantes dans la prévention du vieillissement précoce des vaisseaux, dans les AVC et les crises cardiaques. Du fait de ses effets anticoagulants qui pourraient augmenter les saignements, il est à noter que la consommation excessive d’ail est à éviter avant et après une intervention chirurgicale. Toutefois, aux doses alimentaires habituelles, il n’y a pas de danger avant une opération.

Il diminue une réaction appelée glycation qui a lieu en cas d’hyperglycémie et qui accélère le vieillissement des organes chez le diabétique. A ce titre, l’ail serait un agent intéressant pour ralentir la progression des complications du diabète.

De quoi sommes-nous sûrs ?

L’ail diminue légèrement la tension artérielle. Mais il faut compter avec la dose, la régularité et le temps. Les auteurs de deux méta-analyses concluent que l’ail peut effectivement diminuer la tension artérielle chez les personnes hypertendues, mais de façon très modérée. Ce dont on est moins sûr, c’est son efficacité dans la réduction de certains facteurs de risque des maladies chroniques. Son efficacité est ainsi incertaine dans la réduction de la quantité de lipides sanguins, dans la diminution des risques de récidives en cas de maladies cardiaques, dans la prévention du diabète et de certains cancers.

 

L’ail peut-il se substituer au traitement par les médicaments antihypertenseurs ?

L’OMS reconnaît l’usage de l’ail comme adjuvant aux mesures alimentaires. Mais un point important à retenir dans l’usage de l’ail est la dose et la régularité. L’usage occasionnel ne confère pas de résultats. Il faut en consommer tous les jours. Les résultats intéressants dans la prévention des maladies cardiovasculaires apparaissent après plusieurs mois. Pour la dose, il faut consommer en consommer une gousse ou plus par jour pour avoir un effet thérapeutique tangible.

 

L’ail, cru ou cuit ?

La recherche permanente de facilité alimentaire pourrait vous emmener à recourir  à des compléments alimentaires à base d’ail. Préférez la consommation d’ail frais. Les propriétés de l’ail cru seraient supérieures à celles de l’ail cuit. Mais son odeur forte pouvant être désagréable, une astuce consiste à l’ajouter 10 minutes au plus avant la fin de la cuisson afin de préserver le plus possible la qualité de ses composés actifs. Il est à noter que l’enzyme qui permet la libération des composés actifs est désactivée par la chaleur.

 

Pour finir, retenons que l’ail est un aliment santé incontournable. Il a des effets bénéfiques sur l’hypertension artérielle, mais ces effets sont modérés et dépendent d’une consommation régulière et abondante. Il représente un atout dans le plat de l’hypertendu mais il ne remplace pas le traitement médicamenteux.

Le blog de Arayaa, tout ce que votre médecin n’a pas le temps de vous expliquer en consultation !

Sharing is caring!

Ajouter un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *